Traitement exclusif des fourmis charpentières aux appâts

La fourmi charpentière est passée maître dans l’art de cohabiter avec nous sans y être invitée. Cependant, en y regardant de plus près, nous l’invitons chez nous sans même nous en douter, parfois sans même le savoir.

Avant de déclarer la guerre aux fourmis charpentières, quelques recommandations s’imposent. La première recommandation est d’éviter d’agir de manière impulsive, c’est-à-dire en courant à la quincaillerie du coin pour se procurer un insecticide en vente libre. En effet, cela n’aurait que des effets néfastes. Les insecticides en vente libre sont peut-être assez puissants pour tuer les insectes que vous verrez directement, mais ils auront un effet très négatif sur votre objectif. En effet, la force évolutive de la fourmi charpentière est sa grande capacité de communication et d’organisation de la colonie. La mort des quelques fourmis peut entrainer le déclenchement de signaux d’alarme dans toute la colonie, menant à différentes stratégies. En général, la colonie tentera d’assurer sa survie en se subdivisant en plusieurs colonies satellites. Ce phénomène se produira aussi si vous tentez d’écraser les fourmis que vous rencontrez. Le mieux est toujours de localiser le nid principal, mais cela s’avère impossible lorsqu’il se trouve à l’intérieur de la structure d’un bâtiment.

Boisvert Gestion Parasitaire propose d’intervenir contre les fourmis charpentières en deux étapes. La première est, évidemment, l’inspection des alentours. Peu de gens sont conscients d’à quel point nous invitons les fourmis charpentières sans le savoir. Vieilles souches pourries sur le terrain, accumulation d’eau près du bâtiment, parties de structures délabrées, encombrées ou pourries, etc. sont autant de zones propices au développement d’une colonie de fourmis charpentières. Avant d’exterminer, il faudra donc réduire au minimum les attraits en périphérie du bâtiment.

Dans un deuxième temps, Boisvert Gestion Parasitaire préconise l’utilisation d’appâts pour l’extermination d’une colonie de fourmis charpentière qui aurait eu l’audace de s’implanter chez vous. Cette méthode présente de nombreux avantages, dont celui de permettre d’atteindre les méandres du nid à l’aide d’appâts toxiques que les fourmis y ramènent. Nul besoin d’arracher cadres de portes, moulures, etc. pour trouver le nid (ce qui, de toute manière, alerterait la colonie), car les fourmis se chargent de rapporter le poison à leurs pairs. Cette méthode est volontairement un peu plus longue en termes de temps, car on ne tue pas les fourmis instantanément comme avec des pesticides traditionnels. Cependant, compte tenu de la diminution du risque d’alerter la colonie et de se retrouver avec un problème exponentiellement plus gros, nous pensons qu’il s’agit d’un compromis tout à fait acceptable. Cela est sans compter l’avantage indéniable lié à la réduction de l’utilisation de pesticides, ce qui en réduit inévitablement la présence dans l’environnement immédiat, ainsi que les risques de contamination pour les enfants et les animaux de compagnie.

Il faut toujours garder en tête, lorsqu’on est aux prises avec un problème de gestion parasitaire, que chaque espèce possède ses propres caractéristiques en termes de reproduction, d’alimentation, d’habitat et de comportement. Il est donc impératif de bien s’informer et, de préférence, faire affaire avec un professionnel qui saura vous conseiller sur la méthode optimale dans le but de gérer votre problème dans les meilleurs délais et de la meilleure manière.

 

Marie-Joëlle Touma

-Biologiste et contrôle qualité chez Boisvert Gestion Parasitaire inc

Articles recommandés